sournois


sournois

sournois, oise [ surnwa, waz ] adj.
• 1668; « mélancolique » 1640; probablt du provenç. sourne, a. provenç. sorn « sombre »; cf. sorne « soir » (XVIe); du lat. surdus
1Qui dissimule ses sentiments réels, souvent dans une intention malveillante. dissimulé , fourbe. « Le Bas-Normand, rusé, cauteleux, sournois » (Maupassant). Subst. « Ton petit précepteur m'inspire beaucoup de méfiance [...] C'est un sournois » (Stendhal). hypocrite. Petite sournoise !
(Conduite, actions) « Une méchanceté sournoise de souffre-douleur » (Zola). « Les louvoiements sournois à quoi cette fausse situation l'obligeait » (A. Gide).
2Fig. Qui ne se manifeste pas franchement. « Un feu sournois qui rampe sous la brande » (F. Mauriac).
⊗ CONTR. 2. Franc.

sournois, sournoise adjectif et nom (ancien provençal sorn, sombre, du latin surdus) Qui cache ses pensées, ses sentiments véritables, qui agit hypocritement et souvent de façon malveillante avec autrui : Un homme sournois.sournois, sournoise adjectif Qui dénote de la dissimulation, hypocrite : Un regard sournois. Dont la manifestation est progressive et insidieuse : Un mal sournois.sournois, sournoise (synonymes) adjectif Qui dénote de la dissimulation, hypocrite
Synonymes :
- dissimulé
- patelin (littéraire)
Contraires :
- rond (familier)
Dont la manifestation est progressive et insidieuse
Synonymes :
Contraires :
- net
- vif

sournois, oise
adj. (et n.) Qui dissimule ses véritables sentiments ou intentions, le plus souvent par malveillance.
Par ext. Manoeuvre sournoise.
|| Subst. C'est un sournois.

⇒SOURNOIS, -OISE, adj.
A. — [En parlant d'une pers., de son comportement, de sa manière d'être, etc.]
1. Qui dissimule ses sentiments, ses intentions véritables, le plus souvent malveillants. Synon. dissimulé, fourbe, hypocrite; anton. candide, direct, franc, innocent. Enfant sournois. Honoré avait (...) en aversion ce gamin sournois qui se cachait pour regarder uriner les gens, et qui connaissait déjà la honte avant la forme du péché (AYMÉ, Jument, 1933, p. 67). L'homme est partout l'ennemi de lui-même, son secret et sournois ennemi (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1110).
♦ [Dans un cont. métaph.] Il avait eu l'affolante vision des dessous tout à coup aperçus, (...) des longs, des très longs bas noirs, qui grimpent à l'assaut des jambes fines, escaladent les genoux, se faufilent sournois par l'étranglement des tuyautés (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, p. 62). Avec cela, le plus adroit, le plus sournois des artistes [le diable]. La musique lui est d'un grand secours. Une belle voix le sert à merveille, car il arrive à en faire ni plus ni moins qu'un beau corps (GREEN, Journal, 1956, p. 250).
♦ [En parlant d'un animal] Cheval sournois. Le chat d'un imbécile n'a pas le même regard que le chat d'un homme d'esprit. Un animal domestique peut devenir bon ou méchant, franc ou sournois, fin ou stupide, non seulement suivant les leçons que lui donne son maître, mais selon ce qu'est son maître (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1575).
Empl. subst. — Ah! je ne la connais pas [l'inconnue]. C'est sans doute une amie de ma femme. — Ou ta maîtresse, vieux sournois (BALZAC, Paix mén., 1830, p. 317). Elle-même esquisse une mesure de valse avec une grosse sournoise qui s'est glissée ici pour copier des modèles de robes (MORAND, Magie noire, 1930, p. 53).
2. Qui est porté à la dissimulation par un penchant naturel. Caractère sournois; nature sournoise. Dans son corps de poupée s'agitait un esprit agile et malin, imprévu et sournois (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 297).
3. Qui annonce, qui dénote un caractère hypocrite. Air, regard sournois; mine sournoise. Elle fut environnée des terreurs de l'enfer; ses yeux d'enfant aux paupières sournoises les voyaient, chaque dimanche, à la porte du vieux Münster, sous la forme des statues immodestes et contorsionnées qu'un feu brûle entre les jambes et sur qui montent, le long des cuisses, des crapauds et des serpents (ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1365). L'expression un peu sournoise de son visage, son regard à la fois insolent et craintif n'attiraient guère la sympathie (BERNANOS, Mouchette, 1937, p. 1341).
B. — [En parlant d'une chose]
1. Qui évoque le comportement d'une personne sournoise. Synon. déloyal, perfide, tortueux. Conduite, lutte sournoise; agissements sournois; intrigues, menées, manœuvres sournoises. De très jeunes prostituées que l'agonie du jour rendait à leur métier, circulaient parmi les passants en leur jetant des sourires peints et de sournoises invites (CARCO, Homme traqué, 1922, p. 118). Il avait peur du jugement de tous et de chacun, de sa belle-sœur en particulier; ou plus exactement, il redoutait l'ombre que ces méjugements pourraient porter sur son ménage. Il préférait, lui si franc, si ouvert, les louvoiements sournois à quoi cette fausse situation l'obligeait (GIDE, Si le grain, 1924, p. 511).
2. Au fig. Qui ne se manifeste pas franchement; qui agit de façon dissimulée, insidieuse. Douleur, maladie sournoise; vices sournois. Et ces rapports faussés, équivoques, que l'argent établit entre le richard et les autres! Un des plus sournois méfaits de l'argent! Je commençais déjà à me méfier de tout et de tous (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 821). J'ignorais cette peste sournoise qui nous abîme autant que l'homme abîme la terre, laborieusement. Cette grève larvée de mon usine. Ces pièces qui cassent et qu'on n'achète nulle part. J'ignorais l'âge, un point c'est tout (COCTEAU, Diff. d'être, 1947, p. 242).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-wa:z]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1640 (OUDIN Curiositez: Un Sournois: un homme melancolique et dangereux); 2. a) 1642 « homme qui fait le niais » (OUDIN Fr.-Ital.); 1668 faire la sournoise (MOLIÈRE, G. Dandin, I, 6); b) 1835 chevaux sournois (BALZAC, Goriot, p. 290); 3. 1735 se dit de ce qui, dans l'aspect d'une personne témoigne de son caractère air sournois (MOUHY, La Paysanne parvenue, t. 1, p. 64); 4. 1814 « qui marque la sournoiserie » vices sournois (JOUY, Hermite, t. 5, p. 144); 5. 1846 se dit d'une chose qui évoque le comportement d'une personne sournoise porte sournoise (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, p. 563). Mot prob. d'orig. prov., dér. de l'anc. prov. sorn « sombre, obscur » (ca 1280 ds RAYN.); cf. le subst. sorn « soir » (XVIe s. ds GDF.). Ce groupe de mots est sans doute issu d'un croisement de sourd avec le fr. morne, a. prov. morn (v. FEW t. 12, p. 457). GUIR. Lex. fr. Étymol. obsc. 1982 suppose une forme sordinare, reconstruit d'apr. sordere « être sale, sans éclat » sur le modèle de sordidare « salir ». Fréq. abs. littér.:808. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 299, b) 960; XXe s.: a) 1 887, b) 1 531. Bbg. STORM (J.). Mél. étymologiques. Romania. 1876, t. 5, pp. 184-185.

sournois, oise [suʀnwa, waz] adj.
ÉTYM. 1640, n. m., « celui qui fait le niais sans l'être »; dér. probable du provençal sourne, anc. provençal sorn « sombre »; cf. sorne, n. f., « soir, brune », au XVIe, in Godefroy; Richelet définit encore sournois par « sombre, mélancolique »; P. Guiraud suppose une forme sordinare, qui expliquerait aussi sornette.
1 (1680). Qui dissimule ses sentiments réels, le plus souvent dans une intention malveillante. Dissimulé, doucereux, fourbe. || Rusé, cauteleux (cit. 4), sournois. || Ennemi (cit. 9) sournois. || Enfant sournois.(XIXe; d'un animal). || Le chat passe pour un animal sournois.(1668). N. Hypocrite. || C'est un sournois. || Une sournoise.
1 Ton petit précepteur m'inspire beaucoup de méfiance (…) Je lui trouve l'air de penser toujours et de n'agir qu'avec politique. C'est un sournois.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XIV.
2 André (…) tourna vers son père un visage d'enfant sournois et rit en dissimulant sa bouche derrière sa main.
J. Green, Léviathan, I, VII.
Caractère sournois. || Des gens qui ont l'air sournois (→ Pisse-froid, cit. 1; et aussi raconter, cit. 10). || Face, mine sournoise. Chafouin (→ Diamant, cit. 9). || Regard sournois. Dessous (en).
(1862; conduite, actions). Qui est plein de sournoiserie, marque la sournoiserie. Insidieux, perfide. || Hostilité, méchanceté (cit. 4), insolence, malveillance sournoise (→ Efflorescence, cit. 2; incompréhension, cit. 2; langage, cit. 16). || Offensives subtiles et sournoises (→ Éveil, cit. 4). || Louvoiements (cit.) sournois. || Crimes, vices sournois. Caché (→ Indignité, cit. 2; raréfier, cit. 3).
3 La franche imitation n'a rien à faire avec le pastiche qui toujours reste besogne sournoise et cachée.
Gide, Prétextes, p. 27.
2 (XXe). Fig. Qui évoque un être sournois; qui ne se déclare pas franchement. || Douleur, souffrance sournoise (→ Coup, cit. 3). || Un feu sournois qui rampe sous la brande (cit. 2). || Bruit sournois (→ Effarer, cit. 5).
CONTR. Candide, expansif, franc.
DÉR. Sournoisement, sournoiserie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sournois — sournois, oise (sour noî, noî z ) adj. Qui est caché et dissimulé. •   On voit briller la cité génevoise, Noble cité, riche, fière et sournoise, VOLT. Guerre Gen. I. •   Il avait un air sombre, une mine sournoise, LA CHAUSSÉE Retour imprévu, II,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOURNOIS — OISE. adj. Qui est caché et dissimulé. Cet enfant est bien sournois. Humeur sournoise. Un air sournois. Une mine sournoise.   Il s emploie aussi substantivement. C est un sournois, une sournoise …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • sournois — an., cachottier, dissimulé, secret, peu communicatif, (ep. d une personne), taciturne, parlant peu, manquant de franchise : chournwâ (Saxel.002) / sornwê (Thônes.004), ZA, E ; mosho, a, e (Alex) ; motyan (Albertville.021) / moutin (002), NA, E || …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SOURNOIS, OISE — adj. Qui est dissimulé, qui a un caractère en dessous. Cet enfant est sournois. Substantivement, C’est un sournois, une sournoise. Il se dit aussi des Choses. Humeur sournoise. Air sournois. Conduite sournoise …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Folies Passagères, Contes Trash Et Sournois — est une compilation de six court métrages canadien réalisés par Izabel Grondin, sortis en 2004. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • Folies passageres, contes trash et sournois — Folies passagères, contes trash et sournois Folies passagères, contes trash et sournois est une compilation de six court métrages canadien réalisés par Izabel Grondin, sortis en 2004. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • Histoire de fantôme sournois — Épisodes de Code Quantum Histoire de fantôme sournois Saison  2 Épisode n°  11 Scénariste(s) …   Wikipédia en Français

  • Folies passagères, contes trash et sournois — est une compilation de six courts métrages canadiens réalisés par Izabel Grondin, sortis en 2004. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Autour …   Wikipédia en Français

  • Le Grand Blond Avec Un Show Sournois — (dont le titre est tiré du film Le Grand Blond avec une chaussure noire) est une émission humoristique québécoise de fin de soirée animée par Marc Labrèche, diffusée de 2000 à 2003 sur le Réseau TVA. C est dans ce talk show que l idée de l… …   Wikipédia en Français

  • Le Grand Blond avec un Show Sournois — (dont le titre est tiré du film Le Grand Blond avec une chaussure noire) est une émission humoristique québécoise de fin de soirée animée par Marc Labrèche, diffusée de 2000 à 2003 sur le Réseau TVA. C est dans ce talk show que l idée de l… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.